abstractivement

⇒ABSTRACTIVEMENT, adv.
1. LOG. D'une manière abstractive. Cf. abstractif :
1. Il a considéré abstractivement cette qualité.
LITTRÉ.
2. Lang. cour. Abstractivement de. Abstraction faite, en ne tenant pas compte de. (LITTRÉ Suppl. 1877).
Rem. 1. Ne s'emploie guère qu'avec un part. passé ou une forme verbale composée à l'aide du part. passé. Cf. cependant les ex. 4 et 5. 2. Pour éviter la confusion entre abstractivement et abstraitement, les lexicographes ont parfois distingué la valeur des 2 adv. : abstractivement exprimerait une action, abstraitement un état (cf. abstractif), mais ce découpage n'est pas aussi rigoureux dans les textes :
2. ... l'homme est fait de telle manière qu'il ne peut se plaire comme se déplaire à lui-même qu'autant qu'il plaît ou déplaît aux autres; aussi l'amour de soi individuel, abstractivement considéré sans l'amour-propre qui tire du dehors tous ses aliments, n'est-il presque qu'une abstraction quoique le premier tienne à une nature toute sensitive qui pourrait réellement exister sans aucun mélange d'idées associées, etc.
MAINE DE BIRAN, Journal, 1823, p. 384.
3. L'homme des psychologues, en effet, n'est qu'une abstraction, laquelle est bonne à faire pour l'étude, mais est impossible à réaliser. Ce qui est réellement, ce qui vit, ce qui existe, c'est l'homme en société avec l'homme. Néanmoins une véritable connaissance de l'homme considéré abstractivement est si nécessaire, que, faute de cette connaissance, on ne peut que s'égarer dans toute science ayant pour objet l'homme vivant, l'homme social.
P. LEROUX, De l'Humanité, t. 1, 1840, p. 128.
4. À force de contempler les belles œuvres dans la bonne foi de son cœur, de se pénétrer du principe qui les avait produites, et de les regarder abstractivement en elles-mêmes quant à leur beauté, puis relativement à la vérité qu'elles manifestent et quelles exposent, quant à leur puissance, il comprit ce que c'est que l'originalité et le génie, et il eut un dédain complet de toutes les poétiques du monde.
G. FLAUBERT, La Première éducation sentimentale, 1845, p. 237.
5. La chimie étudie abstractivement chaque propriété ou caractère des corps et elle les rassemble ensuite pour en faire un tout qui est l'histoire des corps d'après la composition. Elle arrive à créer des espèces parce qu'elle s'appuie sur des ensembles de caractères.
C. BERNARD, Cahier de notes, 1860, p. 173.
Le mot est auj. sorti de l'usage.
Prononc. — Dernière transcription ds DG :ab'-strak' -tiv'-man. Cf. abstraire.
Étymol. — 1504 « d'une manière indépendante de l'objet » [ici : indépendamment du suj. qui possède la qualité], terme philos. (LEMAIRE DE BELGES, Couronne margar., éd. Stecher, IV, 67 ds HUG. : La princesse Marguerite n'est pas seulement moderee concretivement, à fin que je use de termes de logique, mais est mesmes icelle propre moderation abstractivement).
Dér. de abstractif; suff. -ment; cf. lat. médiév. abstractive, adv., 1243-1248, ALBERT LE GRAND, Comment in sent. Petri Lombardi, 1, 26, 12 ds Mittellat. W. s.v. :licet notiones aliqui dicant non esse, hoc referunt ad hoc, secundum quod abstractive significantur; synon. abstraitement.
HIST. — Bien que daté de 1504 (cf. étymol.) abstractivement est en fait (cf. BRUNOT t. 6, p. 4) un néol. du XVIIIe s. (cf. aussi abstractif). Entre abstractivement et abstraitement, on constate la même équivoque qu'entre abstractif et abstrait (cf. abstractif, hist.). L'équivoque est surtout le fait des lexicographes qui assimilent volontiers le mot à abstraitement, alors que, chez les aut., du moins chez ceux qui l'attestent, au XVIIIe s., il s'en distingue par sa valeur active. A.— Chez les lexicographes. — Dès la 1re mention lexicogr., le mot est tenu pour synon. de abstraitement. Adv. peu usité. Par abstraction, d'une manière abstraite. Considérer abstractivement les propriétés de la matière. (Trév. 1771). Mise à part celle de Ac. Compl. 1842 (d'une manière abstractive), la déf. reste inchangée jusqu'à LITTRÉ qui donne : D'une manière abstractive, d'une manière qui abstrait. LITTRÉ explicite la différence entre abstraitement et abstractivement (cf. sém.). LITTRÉ Suppl. 1877, précise : Dans le langage général, abstraction faite, en ne tenant pas compte de. Lar. 19e donne trois orientations : « par abstraction (...) indépendamment de (...) idéalement, en idée » et signale la synon. avec abstraitement. Ce n'est qu'à partir de 1932-35 que Ac. donne : « En faisant abstraction ». B.— Chez les aut. — La 1re attest. (1504) est isolée dans la mesure où il n'y en aura pas d'autres avant le XVIIIe s. et aussi dans celle où le mot y a une valeur passive. Au XVIIIe s., le mot est l'obj. d'un emploi plus nuancé que ne le montrent les lexicographes, il signifie « abstraction faite de, indépendamment de » : Cette épreuve faite a donné à mes sentiments la forme invariable qu'ils ont toujours observée, abstractivement de toute réflexion (J.-B. ROUSSEAU, Lettre à Boutet ds Littré Suppl. 1877). Considéré abstractivement des institutions qui en font un être tout artificiel, l'homme abandonné à lui seul ne serait qu'une création naturelle. (Encyclop. t. 1 1751 ds Lar. 19e). Cette épreuve a donné à mes sentiments la forme invariable qu'ils ont toujours observée abstractivement de toute réflexion. (J.-J. ROUSSEAU, 1778, ibid.). Puis les aut. semblent s'accorder avec les données contemp. de la lexicogr. : Dites à l'artiste de peindre la lumière abstractivement, il confessera l'impuissance de son art. (CHABANON, 1792, ibid.). Fichte et beaucoup d'autres génies les [le temps et l'espace] ont abstractivement, philosophiquement niées. (H. DE BALZAC, Lettre à Ch. Nodier, 1832, 563 ds QUEM.). Toutefois le sens actif de abstractivement semble s'être fixé ds LITTRÉ et ds Ac. t. 1 1932. — Rem. La loc. abstractivement parlant « en faisant abstraction des cas individuels » est attestée chez les lexicographes à partir de Ac. 1835. Elle apparaît à l'extrême fin du XVIIIe s. (1799) ds Beaumarchais ds Lar. 19e : Abstractivement parlant, un reproche général peut être bien fondé contre telle manière d'exister d'un corps, sans qu'on entende en faire d'application personnelle à aucun de ses membres actuels. Elle semble analogique d'expr. similaires comme abstraitement, absolument parlant.
STAT. — Fréq. abs. litt. :10.
BBG. — RITTER (E.). Les Quatre dictionnaires français. B. de l'Inst. nat. genevois. 1905, t. 36, p. 339.

abstractivement [apstʀaktivmɑ̃] adv.
ÉTYM. 1504; repris au XVIIIe; de abstractif.
1 Vx. D'une manière abstractive. || Considérer abstractivement une qualité.
2 Didact. En faisant abstraction (de…).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • abstractivement — (ab stra kti ve man) adv. D une manière abstractive, d une manière qui abstrait.    Il ne se met guère qu après le participe passé : Il a considéré abstractivement cette qualité. SYNONYME    L Académie confond absolument cet adverbe avec… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ABSTRACTIVEMENT — adv. Par abstraction, d une manière abstraite. On peut considérer abstractivement les qualités des corps. Abstractivement parlant …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ABSTRACTIVEMENT — adv. En faisant abstraction. On peut considérer abstractivement les qualités des corps. Abstractivement parlant …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • abstractif — abstractif, ive [ apstraktif, iv ] adj. • 1747; « abstrait » 1510; lat. abstractivus ♦ Qui abstrait, sert à former des idées abstraites. « Il n avait sûrement pas assez de culture historique, ou de subtilité intellectuelle, ou de finesse… …   Encyclopédie Universelle

  • MATHÉMATIQUE — adj.des deux genres Qui a rapport aux mathématiques, ou Qui résulte des procédés de cette science. Les sciences mathématiques. Démonstration, opération mathématique. Vérité mathématique. Justesse mathématique.   Point mathématique, Le point… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MATHÉMATIQUE — adj. des deux genres Qui est relatif à la science des nombres, des figures et des mouvements. Démonstration, opération mathématique. Point mathématique, Le point considéré abstractivement comme n’ayant aucune étendue. Sciences mathématiques ou,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • RACE — Utilisé pour signifier la différence entre les groupes humains (et plus généralement la différence des types au sein d’une espèce animale quelconque), le mot « race » s’attache à des caractères apparents, le plus souvent immédiatement visibles.… …   Encyclopédie Universelle

  • abstraire — [ apstrɛr ] v. tr. <conjug. : 50> • XIVe « enlever »; lat. abstrahere 1 ♦ Considérer par abstraction (un caractère, une qualité) en séparant, en isolant. « la science isole ce qu elle étudie; et elle l abstrait pour en retirer le générique… …   Encyclopédie Universelle

  • abstrait — abstrait, aite [ apstrɛ, ɛt ] adj. et n. m. • abstract 1372; lat. abstractus 1 ♦ Se dit d une notion de qualité ou de relation considérée par abstraction. La blancheur est une idée abstraite. Qui n existe que sous forme d idée. La richesse, pour… …   Encyclopédie Universelle

  • abstraitement — [ apstrɛtmɑ̃ ] adv. • abstractement 1579; de abstrait 1 ♦ D une manière abstraite. S exprimer trop abstraitement. 2 ♦ Dans l abstrait. Parler des femmes en général et abstraitement. ⊗ CONTR. Concrètement. ● abstraitement adverbe De façon… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.